SOS-Vaisseaux.com

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les artères et veines

Publie par SOS-VAISSEAUX Le 31 juillet 2010 1 Commentaire

LA DYSFONCTION ERECTILE

« En parler, pour retrouver une vie sexuelle satisfaisante»

Définition

Incapacité à obtenir et /ou à maintenir une érection suffisante et durable pour avoir des rapports sexuels satisfaisants pour les 2 partenaires ; elle est encore appelée « panne sexuelle ».

  • Soit rigidité insuffisante
  • Soit érection trop brève.

A ne pas confondre avec :

  • Troubles du désir ou de la libido ( manque d’envie )
  • Troubles de l’éjaculation (éjaculation précoce , rétrograde ,difficile voire impossible ). En France,un homme sur trois âgé de plus de 40 ans est atteint de troubles de l’érection. Cette proportion augmente avec l’âge et avec la présence de facteurs de risque cardiovasculaires ( Tabac, Diabète, Hypertension, Cholestérol ) .

Aujourd’hui, on estime que plus de 3millions d’hommes en France sont concernés par une dysfonction érectile partielle ou totale . Ces troubles peuvent vous déstabiliser… et déstabiliser votre partenaire et votre vie sexuelle.

Aujourd’hui : Des solutions existent … Parlez – en à votre médecin qui saura vous prescrire le traitement nécessaire et adapté à votre situation.Une bonne santé sexuelle est signe et précurseur d’une bonne santé générale! Depuis 25 ans,la connaissance de cette pathologie s’est considérablement enrichie et beaucoup de progrès ont été réalisés au niveau des traitements .

Quelles sont les causes de troubles de l’érection ?

Déterminer l’origine d’une dysfonction érectile est la première étape vers la solution. Elle peut être d’ordre physique, psychologique ou les deux à la fois.

Les causes les plus fréquentes sont organiques après 45 ans :

Problèmes vasculaires (artériels , tissulaires ou veineux) , hormonaux (andropause) ou neurologiques.

Une dépression , une période de stress , une angoisse de l’échec peuvent également provoquer une dysfonction érectile.

Ne pas négliger les causes médicamenteuses iatrogènes.

Dysfonction erectile

MARQUEUR DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE

Une mauvaise circulation sanguine dans les vaisseaux du pénis (rôle majeur des artères caverneuses), liés par exemple à un diabète, au tabac , au cholestérol ou à l’hypertension artérielle entraîne souvent une dysfonction érectile par athérosclérose.

De plus, il est aujourd’hui admis par la communauté scientifique internationale que l’insuffisance érectile serait un facteur prédictif de risque cardio-vasculaire principalement coronarien. La dysfonction érectile précèderait de quelques 3à10 ans un évènement cardiaque (infarctus du myocarde , crise d’angine de poitrine ou angor ) . C’est pourquoi une prise en charge de la maladie cardio-vasculaire globale à travers un dépistage précoce ( bilan echodoppler de l’aorte, des membres inférieurs et pénien après injection intracaverneuse de drogues vasoactives) et un traitement approprié de la dysfonction érectile doivent être mis en route dès les premiers symptômes .

L’insuffisance érectile est un trouble qu’il faut prendre en charge pour éviter que d’autres maladies n’apparaissent principalement cardiovasculaires (coronaires, artérite des membres inférieurs , accidents vasculaires cérébraux … ) . L’INSUFFISANCE ERECTILE n’est pas un symptôme banal. C’est un sujet que l’on doit aborder en consultation chez un homme de plus de 40 ans en présence des principaux facteurs de risque cardio-vasculaires . L’athérome est la première cause de dysfonction érectile organique. Les conséquences de la dysfonction érectile dépassent largement la perte de la sexualité physique et peuvent nuire considérablement à la qualité de vie.

Que faut-il faire?

En parler sans sentiment de culpabilité et évaluer la gène que cela engendre.

Se traiter après interrogatoire, examen clinique et éventuels examens auprès d’un médecin Compétent (andrologue ou sexologue )… Car il existe des traitements efficaces, pratiques, Indolores, et adaptés pour retrouver une vie sexuelle satisfaisante.

Quel bilan faut-il réaliser?

Un bilan biologique :

  • A la recherche des principaux facteurs de risque cardiovasculaires : Glycèmie ( taux de glucose dans le sang ) pour rechercher un diabète très souvent en cause après plus de 10 ans d’évolution.
  • Bilan lipidique (cholestérolèmie,triglycéridèmie ).
  • Bilan hépatique et rénal.
  • Bilan prostatique ( PSA ).

Et hormonal :

Dosages de testostéronèmie plasmatique totale et Biodisponible à réaliser le matin à jeun. Bilan thyroidien , SDHEA etc…

Un bilan vasculaire :

Un pharmaco-echodoppler pénien qui est le seul examen de référence pour dépister une dysfonction érectile avec participation vasculo-tissulaire . Il rassure et motive ! Il sera associé à un bilan échodoppler de l’aorte et des membres inférieurs .

impuissance1.jpgimpuissance2.jpg

La dysfonction érectile serait un véritable facteur prédictif d’atteinte coronaire surtout s’il existe une atteinte vasculo-tissulaire lors du bilan doppler pénien.

Un bilan neurologique : EMG

Souvent souhaitable après traumatisme, si diabète, maladie neurologique, ou alcool.

Un bilan psychologique :

Entretien avec psycho- sexologue seul ou avec partenaire . Ce bilan permet d’apprécier et d’évaluer :

  • Le degré d’anxiété
  • Le degré de dépression
  • Le degré de motivation
  • La relation de couple.

NE PAS OUBLIER LES CAUSES IATROGENES MEDICAMENTEUSES SOUVENT EN CAUSE .

Les traitements

Le meilleur traitement ne pourra être proposé qu’après une discussion approfondie et suffisamment longue avec le patient.

Quel traitement choisir ?

On dispose aujourd’hui de plusieurs variétés de traitement :

Les traitements oraux (comprimés) par IPDE5 :

Sildenafil , Vardenafil , Tadalafil . Ils accompagnent la physiologie naturelle de l’acte sexuel. La partenaire a un rôle essentiel car une stimulation sexuelle est nécessaire.

Les injections intracaverneuses :

Drogues vasoactives dont la PGE1. Un apprentissage de la technique d’injection est obligatoire. On détermine une dose spécifique à chaque patient. Les injections ne sont pas douloureuses. Le patient s’injecte le médicament très peu de temps avant le rapport sexuel.

impuissance3.jpg

Les auto-injections intra-caverneuses constituent un traitement moderne, simple et efficace des troubles de l’érection.

Les traitements d’accompagnements :

  • Androgènes ( testostérone ) .Souvent nécessaires après 50 ans si baisse du désir ou si déficit androgénique lié à l’âge ( D.A.L.A. ) après bilan sanguin et prostatique. Une surveillance régulière biologique et prostatique (toucher rectal et PSA s’impose).
  • Vitamines, arginine, anti-oxydants …
  • Soutien psycho-sexothérapique

Parfois utile en cas de dépression, de problèmes de couple , ou de certains types de difficultés psychologiques à l’origine de la dysfonction érectile .

NE PERDEZ PAS ESPOIR, VIVEZ PLEINEMENT VOTRE SEXUALITE, A TOUT PROBLEME, IL EXISTE UNE SOLUTION.NE RESTEZ PAS SUR UN MALENTENDU.

impuissance4.jpg

impuissance5.jpg


Liens

Categories: sos-vaisseaux.com

One Response

  1. carlos dit :

    salut et merci pour toute ces information precieuses,je suis concerner car j`ai des problemes vasculaires arterielles,

Laisser un commentaire