SOS-Vaisseaux.com

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les artères et veines

Publie par SOS-VAISSEAUX Le 29 mai 2009 0 Commentaire

Définition

Les anévrismes sont des dilatations liées aux modifications de la paroi des artères, qui, associées à l’augmentation du diamètre de l’artère, font courir un risque de complications, dont la principale est la rupture, qui comporte un risque vital. Ce scanner montre un anévrisme de l’aorte abdominale

arteres3.jpg

Symptômes

Les anévrismes de l’aorte sont le plus souvent asymptomatiques. Le diagnostic peut être fait dans plusieurs circonstances :

* Fortuitement au cours d’un examen clinique (masse abdominale battante) ou radiologique (échographie, scanner) réalisé pour une autre pathologie.
* Au cours du bilan d’une artérite des membres inférieurs ou chez les sujets à haut risque.
* A l’occasion d’une complication aiguë (embolie, rupture +++).

Les anévrismes peuvent toucher d’autre territoires que l’aorte, en particulier l’artère poplitée en arrière du genou. A partir d’une certaine taille, ils sont en partie remplis de caillot (thrombus) qui peut être responsable d’embolie ou d’occlusion artérielle.


Facteurs de risque

L’anévrisme de l’aorte abdominale est une maladie de la paroi artérielle, responsable d’une augmentation progressive du diamètre et d’une fragilité de la paroi, qui survient essentiellement à partir de la soixantaine. Jusqu’au début des années 80, on considérait que ces anévrismes étaient essentiellement liés au développement de l’athérosclérose et donc en rapport avec les facteurs de risque cardio-vasculaire (tabac, hypertension artérielle, cholestérol…). Des données récentes témoignent du rôle de facteurs génétiques qui précipiteraient l’évolution de cette maladie. Malgré l’existence de formes familiales, le marqueur génétique n’a pas encore été localisé.


Diagnostic

Le diagnostic d’un anévrisme peut être évoqué par la palpation de l’abdomen. Il est affirmé par les examens radiologiques : échographie, scanner, ou IRM. Ces examens permettent de mesurer le calibre de l’aorte, et donc de surveiller la croissance éventuelle de l’anévrisme.


Traitement

La place du traitement médical est restreinte. La correction des facteurs de risque cardio-vasculaire est nécessaire (arrêt du tabac, règles hygiéno-diététiques). Certaines équipes ont proposé, de façon empirique, l’utilisation de traitement médical (bêta-bloquant) afin de ralentir l’évolution des anévrismes. L’efficacité de ce traitement n’est pas démontrée. Le taux moyen de croissance des anévrismes est estimé à environ 10 % par an. L’extrême gravité de la rupture (80 % de mortalité) justifie le traitement chirurgical des anévrismes de l’aorte dont le diamètre est supérieur à 5 cm. Le traitement d’anévrismes d’autres territoires est discuté en fonction des probabilités de complications propres. Le traitement chrirugical consiste à remplacer le segment d’artère malade par une prothèse (cf. traitements)


Liens

* « A propos de la maladie veineuse », un site pour informer et aider patients et thérapeutes : www.maladieveineuse.org
* Un site « artères et à propos de la maladie artérielle » pour patients et professionnels de santé : www.atherothrombose.org

Categories: sos-vaisseaux.com

Laisser un commentaire