SOS-Vaisseaux.com

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les artères et veines

Publie par SOS-VAISSEAUX Le 13 mai 2009 2 Commentaires

Définition : Crossectomie – Stripping – Phlébectomies

Le principe de l’intervention la plus souvent réalisée consiste à ligaturer les veines incontinentes (crossectomies) et à enlever la veine saphène (stripping) ainsi que les paquets variqueux (phlébectomies). L’intervention est adaptée à chaque cas en fonction des résultats de l’examen écho-doppler.

En règle générale, une incision (3-4 cm) est effectuée dans le pli de l’aine pour ligaturer la crosse de la veine grande saphène. Un guide souple est ensuite introduit dans la veine sur toute sa longueur, par une mini-incision à la cheville, et va en permettre l’extraction dans sa totalité. L’intervention est complétée, si besoin, par l’ablation des paquets variqueux grâce à des mini-incisions. Les incisions sont refermées par du fil résorbable, invisible, et des pansements adhésifs. Les bandes ou les bas à varices sont mises en place immédiatement, en fin d’intervention.



Symptôme

Les varices des membres inférieurs sont une affection très fréquente, liée à une déficience de la paroi veineuse qui conduit à une incompétence des valvules, le sang ne circulant plus de haut en bas mais de bas en haut.

Il s’agit en règle d’une maladie bénigne, qui peut se compliquer d’une gène esthétique, de douleurs ou de lourdeurs de jambe, de pigmentation ou de varicosités, rarement d’ulcères ou de phlébites superficielles.


Diagnostic

Ses conséquences sont appréciées par l’examen clinique et par l’échographie-doppler, car plusieurs traitements sont possibles : port d’une contention, médicaments veinotoniques, scléroses (injection d’un produit pour occlure la veine), ou chirurgie. La chirurgie peut porter sur les veines superficielles principales (saphène interne ou externe), liées ou retirées entre 2 incisions (stripping) ou sur leurs branches (phlébectomies).

Dans tous les cas, avant d’envisager une intervention chirurgicale, il est impératif de consulter votre médecin qui après un examen clinique vous orientera vers un médecin spécialiste (angiologue, phlébologue) pour la réalisation d’un examen écho-doppler.


Traitement

La chirurgie n’est proposée que lorsqu’il existe une incontinence du réseau veineux superficiel (veines saphènes, veines perforantes). Lorsqu’une intervention chirurgicale n’est pas nécessaire, il est recommandé de respecter des conseils d’hygiène de vie (pratique régulière de sports, marche, perte de poids), de porter une contention élastique (bas à varice) et de se soumettre à une surveillance phlébologique régulière. La crénothérapie (cures thermales) et les médicaments veinotoniques sont considérés comme des traitements d’appoint, utiles, mais n’agissant pas directement sur la maladie variqueuse. La sclérothérapie est indiquée sur des varices de petit calibre, lorsqu’il n’existe pas d’incontinence des saphènes ou après l’intervention pour traiter les varices résiduelles.

Lorsque une chirurgie est indiquée, vous devez en connaître les risques encourus normalement prévisibles et les suites de l’intervention pour prendre une décision en toute connaissance de cause : ils vous sont expliqués lors de la consultation pré-opératoire avec votre chirurgien.

Selon le type de chirurgie, diverses modalités d’anesthésie (locale, loco-régionale, générale, bloc plexique) sont possibles : elles vous seront expliquées lors de la consultation d’anesthésie pré-opératoire où sera décidé le type d’anesthésie le plus adapté à votre cas.

Il est souvent souhaitable de faire pratiquer la veille ou l’avant-veille de votre intervention, un marquage pré-opératoire auprès de votre angiologue habituel. Le rasage, indispensable, pourra au mieux être réalisé chez vous, ou dans un institut spécialisé 24 à 48 heures à l’avance. Ce rasage sera vérifié à votre entrée dans le service par une infirmière diplômée d’état ou d’une aide-soignante.

La durée d’hospitalisation varie de 12 h (en ambulatoire) à 48 h. Dans certains cas prédéfinis au cours de la consultation, cette chirurgie peut être réalisée en « ambulatoire » avec retour à domicile le soir même de l’intervention.

Les soins postopératoires (8 à 15 jours) sont effectués par une infirmière à domicile: éventuels pansements des incisions chirurgicales, injection sous-cutanée d’un traitement anticoagulant (prévention des phlébites). Une feuille de conseils vous sera remise à votre sortie de l’hôpital. La durée prévisible de l’arrêt de travail est de 2 à 4 semaines.

Endoveineux : Laser, Closure ou Radio fréquence. Destruction de la veine malade par la chaleur soit en utilisant un rayon laser soit en chauffant une sonde introduite dans la veine.

Laser endoveineux mise en place de la sonde Contrôle de la position de la sonde laser

Sonde closure dans la veine a traiter

Phlébectomie : Geste qui se f ait sous anesthésie locale sur des varices limitées ne justifiant pas d’un éveinage ou en complément d’un traitement endoveineux.

Crochets utilisés pour la phlebectomie Crochetage et extériorisation de la varice

Autres techniques

Depuis quelques années des techniques dites « moins invasives » peuvent être proposées à certains patients qui souhaitent un arrêt d’activité postopératoire le plus court possible. Le principe est d’utiliser une source laser ou une fibre qui transmet des ultrasons, pour chauffer l’intérieur de la veine par un effet de brûlure. Ces techniques donnent de bons résultats dans des indications bien précises mais ne peuvent pas être proposées à toutes les varices. Les fibres laser ou ultrasons ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale.. Ces techniques sont trop récentes pour que l’on sache si ces résultats ne se détériorent pas par le temps. L’expérience des échecs de destruction des veines par le froid – « cryothérapie » – il y a quelques années prouve que la prudence est de mise.


Complications pendant la chirurgie

En dépit de tout le soin apporté, il peut se produire au cours de l’intervention, dans de rares cas, des incidents qui sont pour la plupart aussitôt identifiés et traités. Il peut s’agir :

* Plaies des vaisseaux de voisinage (artère et veines fémorales ou poplitées), responsables d’hémorragies. Il est toutefois exceptionnel qu’une transfusion de produits sanguins soit nécessaire. Ce risque hémorragique est plus important en cas de chirurgie pour récidive de varices.
* Lésions nerveuses : Il s’agit de la blessure des nerfs sensitifs saphènes satellites des veines, responsable de fourmillements, de décharges électriques et de zones d’insensibilité dans les territoires de ces nerfs. Aucune technique chirurgicale ne permet d’éviter totalement ces lésions. La plupart du temps, ces phénomènes disparaissent en 3 à 8 semaines, mais dans certains cas, ils peuvent être définitifs et entraîner un préjudice notable. Exceptionnellement ont été rapporté des plaies accidentelles de nerfs moteurs.
* Accidents d’anesthésie : Ils sont exceptionnels. Une information spécifique vous sera délivrée au cours de la consultation préopératoire.

Conseils après l’intervention

* reprendre une activité progressivement normale : dès la sortie de l’hôpital, vous pouvez reprendre une petite activité, notamment la marche entre 1 à 2 heures par jour en fractionnant les parcours. Evitez surtout la station debout prolongée, la marche sans contention élastique. Veiller à surélever les jambes après chaque marche.
* Ne vous inquiétez pas :
o d’un gonflement de la cheville en fin de journée : il régresse spontanément en quelques semaines et de paresthésies, c’est-à-dire d’une gêne à type de fourmillements, de picotements liée aux hématomes.
o de petites masses indurées sous-cutanées peuvent être perceptibles au bout de quelques jours au niveau du trajet veineux opéré ou des incisions : elles correspondent à de petits hématomes qui disparaissent en quelques semaines.
o la survenue d’hématomes est inéluctable, mais ils peuvent être limités par le repos et le port rigoureux des bas à varices pendant le mois qui suit l’intervention. Ils disparaissent spontanément en 3 à 4 semaines. Dans le cas exceptionnel d’hématome important et évolutif au niveau de l’aine, il peut être nécessaire de réintervenir chirurgicalement.
* Si votre ordonnance de sortie comporte des anti-coagulants en piqure sous-cutanée pendant 7 à 15 jours, elle s’accompagene de la prescription d’une prise de sang (plaquettes) : il est IMPERATIF de montrer le résultat LE JOUR MÊME à votre médecin. Toute chute importante des plaquettes doit en effet faire interrompre ce traitement IMMEDIATEMENT en raison des risques encourus par sa prolongation.
* La douche tiède est autorisée à partir du 3° jour. Attendre 15 jours pour les bains.
* Une contention élastique est à appliquer pendant 2 à 4 semaines (bandes, bas, collants, chaussettes), ce qui permettra d’éviter un discret gonflement de vos jambes. Vous pouvez la quitter la nuit, mais il est conseillé de surélever les pieds du lit.
* les fils de suture, placés sous la peau, sont résorbables. Si le fil qui dépasse de la peau ne tombe pas de lui-même après 15 jours, le faire couper au ras de la peau par une infirmière ou votre médecin. Sur toutes les microincisions, des steristrips ont été mis en place : ils doivent être conservés pendant 8 jours, et, si l’un d’entre eux tombait pendant ce délai, vous devez le remplacer par ceux qui vous ont été prescrits. Une allergie au stéristrip peut survenir sous forme de rougeur ou irritation. Ils devront être retirés.
* des douleurs peuvent survenir dans les 8 à 10 jours qui suivent l’intervention : il peut s’agir d’ecchymoses qui vont se résorber spontanément en quelques jours, ou de douleurs le long d’ un cordon veineux, ce qui représente un processus de guérison. Ces douleurs sont habituellement calmées par les antalgiques qui vous ont été prescrits, et peuvent nécessiter l’application de pommade anti-inflammatoire.
* une infection au niveau d’une cicatrice est toujours possible. En cas de douleur, rougeur, inflammation, écoulement qui vous inquiéterait, contactez rapidement votre médecin traitant ou votre chirurgien.
* des troubles de sensibilité sur des zones de peau à proximité des cicatrices sont possibles. Ils sont liés à la proximité de filets nerveux des veines qui ont été retirées et sont plus fréquents en cas de chirurgie de reprise. Ils s’atténuent le plus souvent en quelques semaines.
* une phlébite, qui fait courir le risque d’embolie pulmonaire, est une complication rare de la chirurgie (environ 2/1000). Sa prévention peut nécessiter la prescription d’anticoagulants. La survenue d’une douleur du mollet ou d’un fébricule doit vous amener à contacter rapidement votre médecin.
* les cicatrices s’effacent habituellement entre 6 mois et un an. Rarement, elles peuvent devenir hypertrophiques et pigmentées : il s’agit le plus souvent d’une prédisposition ou d’une exposition solaire trop précoce.
* Vous éviterez de débuter une grossesse dans l’année qui suit l’intervention.
* Vous éviterez autant que faire se peut les sports où le réseau veineux superficiel est fortement sollicité : tennis, squash, équitation, musculation… Par contre, la marche, la natation, la bicyclette sont bénéfiques à votre état. Eviter les voyages assis prolongés.
* une consultation post-opératoire avec votre chirugien est souhaitable pour apprécier le résultat et vous conseiller pour l’avenir. Il est en effet, impératif que vous soyez surveillé(e) régulièrement après l’intervention. Vous devez revoir votre phlébologue huit semaines environ après l’intervention pour la réalisation d’éventuelles scléroses complémentaires et le « suivi » de la maladie variqueuse.


Categories: sos-vaisseaux.com, Vidéo

2 Responses

  1. Watel olivier dit :

    Bonjour.

    Merci pour cette information très intéressante. Ma compagne âgée de 24 ans doit subir ce type d’intervention sur les deux jambes. Quels en sont les risques, sachant qu’elle n’a pas encore eu d’enfant et que ce désir ce fait ressentir ?

    Merci pour votre réponse.

    Cordialement

  2. Bourgois dit :

    Bonjour

    D abord merci de ces informations . Je viens de me faire opéré d une varice a la jambe gauche tout juste 7 jours et la jambe me fait tourjours mal je pense que je marche pas assez j ai eu un arret de travail de 10 jours je travaille en entretien voirie c est un peu juste

    MERCI A BIENTOT

    cORDIALEMENT

Laisser un commentaire